Image
Consulter le projet complet

LE DÉFI DE LA COHESION DES ACTEURS PUBLICS

Depuis la création du District urbain de Nancy en 1959, puis celle de la Communauté urbaine du Grand Nancy en 1996, les missions de l’intercommunalité n’ont cessé de  se renforcer. Aujourd’hui, avec une intégration fiscale de 61% (c’est-à-dire le poids de la  fiscalité intercommunale par rapport à la fiscalité totale communale et  intercommunale), la Métropole est la plus intégrée de France, un grand nombre de  compétences ayant été transférées des communes à l’intercommunalité. Une situation qui va s’intensifier à l’avenir par choix ou par nécessité. Les communes constituent le  socle de la construction métropolitaine.

Il est donc essentiel qu’elles en partagent les  ambitions et les engagements. Cela implique un dialogue plus soutenu entre les élus municipaux et les citoyens pour rendre ces derniers acteurs du projet métropolitain.

Les restrictions financières liées à la dégradation des finances publiques de notre pays  et l’important investissement à réaliser pour renouveler et étendre le réseau de tramway contraignent la Métropole à économiser 25 M € par an d’ici 2022. Pour éviter de recourir à une hausse d’impôts, la mutualisation des services et des réalisations s’impose. Mutualiser davantage, c’est ne plus se limiter à « vouloir vivre ensemble » mais « vouloir faire ensemble ».

Cette démarche, composante majeur du projet métropolitain vise plusieurs objectifs : réaliser des économies d’échelles significatives, éviter au maximum de faire porter l’effort financier sur la qualité de service aux habitants et améliorer la performance collective de la Métropole et des communes.

Mais la cohésion des acteurs publics ne peut se limiter au seul face à face entre les communes et l’intercommunalité. À charge pour la Métropole de la rechercher aussi avec les décideurs publics dans leur diversité : État, région, département, université, CCI ainsi qu’avec les acteurs des territoires voisins pour mener des actions communes, en particulier dans les domaines de l’économie et des mobilités.
3 objectifs
RAPPELER LA COOPÉRATION INTERCOMMUNALE COMME FONDEMENT DE LA MÉTROPOLE, ce qui amène, à partir d’une gouvernance ouverte, à articuler encore mieux l’action métropolitaine et le rôle de proximité des communes, dont les habitants sont tous membres de la société métropolitaine.
COOPÉRER POUR UNE INTÉGRATION TOUJOURS PLUS FORTE, qui se manifeste par une volonté de « vivre ensemble » mais aussi de « faire ensemble » dans un contexte de raréfaction des ressources publiques.
FAIRE ÉVOLUER LA POSTURE DE LA MÉTROPOLE, DE LA COOPÉRATION BILATÉRALE À L’ACTION CONCERTÉE AVEC SES PARTENAIRES PUBLICS pour la placer en animateur et catalyseur.
De la double nature de la métropole
La coopération intercommunale, fondement de la Métropole
Une intégration toujours plus forte
La cohérence publique sous le regard du citoyen
De la coopération bilatérale à l’action concertée
Image
Image
Image

Template propulsé L.THEME